la Genèse

Egypte pharaonique

Lorsque l’on parle de l’Égypte pharaonique Il faut garder présent à l’esprit qu’il représente plus de 3000 ans de civilisation continue alors que nous-mêmes avons à peine 600 ans de civilisation dite moderne en la faisant débuter à la Renaissance.

Les implications religieuses des différents monothéismes sur lesquels repose notre morale et notre structure sociale a entraîné et entraîne encore une explication a posteriori de cette civilisation égyptienne. Il était et est encore la base du jugement et de la compréhension de cette civilisation.

Si on accepte de faire abstraction de cette influence omniprésente de la religion, alors, il est possible d’avoir une compréhension légèrement différente concernant le legs que nous ont fait les penseurs de cette époque.

Afin d’être au plus près de cette nouvelle interprétation il est nécessaire de modifier le vocabulaire habituellement utilisé.

Tout d’abord quelques définitions plus exactes et réalistes que celles utilisées jusqu’à présent.

Ce que nous nommons temple est en réalité université.

Ce que nous nommons prêtre étant en fait professeurs et savants.

Ce que nous nommons dieux est en fait Principes.

Les hiéroglyphes gravés dans la pierre sont la représentation des connaissances qui méritent d’être inscrites pour l’éternité.

Les « dieux », en réalité Principes sont décrits par les hiéroglyphes et ont bien trois sens : le premier, simple et populaire, tels ceux des signaux routiers.

Le second vient lorsque l’on a appris à l’école le sens profond représenté par chaque personnage.

Le troisième consiste dans l’interaction entre ces principes car,selon les maitres égyptiens, tout est connecté.

Notre principale source d’outils de travail a été trouvé dans la grammaire de Fabre d’Olivet, qui a fait un travail absolument considérable pour retrouver le sens objectif des langages égyptiens pharaoniques.

Ensuite il fallait trouver un texte considérable afin de le retraduire selon cette grammaire. Le document le plus important  de cette époque consiste dans ce que nous appelons l’Ancien Testament et qui se révèle en fait une cosmogonie qui décrit dans le détail la vision scientifique des chercheurs et savants de l’époque concernant la construction de notre univers.

Il pourrait être considéré comme ésotérique si nous le comparions à la traduction que les Égyptiens de la dernière période ont fournie aux envahisseurs grecs, et qui sont bien adaptées à leur vision du monde de leurs dieux. Et c’est sur cette base que l’Ancien Testament a été récupéré par les religions monothéistes pour justifier et décrire la création du monde par le Dieu.

Ceci est tellement incrédible que l’église a du faire une gymnastique quasiment incompréhensible pour l’adapter en lui donnant le statut de dogme. Le plus visible étant la double création du monde qui n’est en rien expliquée. Et finalement le plus simple a été de seulement présenter aux croyants, par les écrits des apôtres, une vie miraculeuse d’un fils de Dieu, interface entre un Dieu parfait, donc incapable au sens juridique du terme, et l’humanité.

Ainsi la pure pensée, sans tache, réservée à Dieu, exclue bien évidemment la relation avec la matière qui est décrite dans l’image du péché originel ; la pensée pure ne pouvant être parfaite dès qu’elle entre dans la matière. Par exemple l’idée pure, archétypale, de la pensée d’une table devient impure lors ce que elle est traduite de multiples façons dans de multiples matières, car elle quitte alors le principe d’une table pour devenir une image destructible.

 

Note sur la traduction de la Bible par Fabre d’Olivet.

Pour la facilité du langage, Moïse est le terme générique desservant les penseurs des universités égyptiennes. L’écriture de la Bible est en réalité égyptienne et donc se trouve régulièrement intimement mêlés et trois sens distincts, propres, figuratif et hiéroglyphiques. Héraclite les désignait en parlant, signifiant et cachant (je dirais sachant). Ceci est à comparer aux termes utilisés par les savants de notre époque dont la signification, pour le profane, est aussi absconte que les hiéroglyphes.

Les égyptiens sont aussi intelligents que les meilleurs d’entre nous. Ils ont utilisé les hiéroglyphes pour rédiger le Livre, résumé de leurs connaissances, pour les transmettre à la postérité.

Le premier mot de l’Ancien Testament « Beraeshith » a été traduit par « au commencement »; Alors que son interprétation littérale est : la tête, le chef, le Principe agissant. Infléchi par médiatif et modifié par la desinance désignative , signifie : dans le principe, avant tout, au sens propre – au sens figuratif  » en Principe », en puissance d’être. Enfin le sens hiéroglyphique : le Principe, non divulgable.

Notes : Le choix de « au commencement » par les religions, entraîne des conséquences que seule sa dogmatisation a permis de rendre acceptable.

Mais alors, les cieux et la terre, créés à cette époque, n’existaient-ils pas encore sur un lien du temps ! Comment seraient-ils restés une éternité dans les ténèbres ? Comment la lumière aurait-elle été faite après les cieux et avant le soleil ? Une terre invisible, sans forme !  Mais en traduisant beraeshith par : en Principe, en pensée, en imaginaire, alors la description devient bonne, plausible, compréhensive, exacte. Il s’agit donc d’imaginer, puis de développer et préciser la création de l’univers. Ainsi sera expliquée la « seconde » création qui suit la première. En fait, la réalisation de la pensée.

Bara = créa, chosa, compacta.

AElohim = « Lui les dieux », ceux qui sont plusieurs en UN, que je traduit par « l’ensemble de ses sous-ensembles », en pure logique.

 Cosmogonie.

1.- Commençons en logique ; après retraduction de beraeshith, nous sommes seulement en pensée, en imaginaire. AElohim = l’être des êtres en traduction littérale.

Puis première idée de la construction: un mode binaire, par des opposés,  qui sera décrit et rappelé tout au long du texte : ciel et terre, jour et nuit, etc.

2.- Cette création potentielle binaire cache des opposés dans un vide où n’existe que la force de la pensée.

3.- Pour les opposés il faut un positif

4.- et le séparer du négatif.

5.- Cela imaginé, les nommer leur donne une existence qui sera cachée dans les mots usuels : jour/nuit

6.- et ce mode binaire sera utilisé pour toute création.

7.- En commençant par la séparation physique d’un ESPACE créé, qui est nommé :

8.- Occident et Orient pour vectoriser cet espace.

9.- Toujours sous forme binaire et opposés.

10.- Pour parfaire sa représentation physique fut joint à l’espace, le TEMPS.

11.-12.- Et toute création sera autoreproductrice.

13.- Et cette conception imaginaire construite sur le mode binaire est bonne est pouvait être généralisée.

14.- L’ élément « Temps » permet de voir évoluer ces créations.

15.- 16.- Cette construction pourra porter les idées soutenues par la pensée – Les opposés pourront y être développés dans toutes les idées.

17.- Les opposés soutiendront la puissance de la  pensée par leur contradiction.

18.- Et cela pouvait fonctionner.

19.- et donc se développer par paires.

20.- Donc pouvaient être mis en oeuvre les vecteurs physiques porteurs

21.- de toutes formes possible imaginables.

22.- pourront s’y développer.

23.- La répétition systématique de la construction duale en démontre l’importance pour le lecteur; même si elle est cachée par la notion de journées.

24.- Il pourra y être insufflé la vie sous toutes ses formes.

25.- Et l’enbsemblke de ses sous ensembles pensa que cette constrruction était fiable.

26.- Alors il est/sera possible d’y installer le sous ensemble conscience active qui dominera la création et qui sera lui-même construit  sur le mode binaire et en liaison directe avec l’ensemble.

27.-

 

 

Cosmogonie II =  La réalisation de l’idée.

Pour bien faire resortir cette nouvelle étape de la création les savants égyptiens vont utiliser une pratique courante à cette époque : le changement de nom, car pour eux le nom décrit la chose. Ils vont passer de « Lui-les-dieux » (AElohim) à IHÔAH  » L’être-des-êtres » = l’ensembler de ses sous ensembles créés qui va concrétiser l’idée de AElohim; [donc nous sommes maintenant passés du « dieu » idées à l’être qui implique la mise en matière].

1.- Dans l’ordre d’une organisation efficiente seront réalisées les idées imaginées.

2.- L’ensemble, que pour la commodité de la compréhension je nomme l’UN, va se servir de sa puissante pensée pour ctte réalisation. Et la forme Aelohim va restée concentrée sur ses pensées sans intervenir dans cette réalisation. IHÖAH = qui fut-est-sera et donc hors du temps qu’il crée.

3.- Aelohim passe le pouvoir à IHÖAH qui va matérialiser ses rêves.

4.- Sous ce nouveau nom la création va se réaliser.

5.- IHÖAH va préciser la pensée pour pouvoir la créer et imaginer le vecteur du sous ensemble « Homme » théorique qui sera nommé Adam et qui sera chargé de travailler la matière.

6.-Cet Adam recevait toute la puisance lui permettant d’agir pour faire passer de l’idée à la matière.

7.- Adam, avec Ihôah vont réaliser la vie.

8.- Et Ihôah créa la matière et y installa Adam.

9.- Ihôah fit de la matière un élément sensible au travail des sens et au temps. Dans le respect de la dualité.

10.- La vie, telle un fleuve, se répartit sir la matière sphère organique, et sa force grandit, développant ses Principes.

11.- Le premier de ces Principes était Phishon, incarnation du travail à faire sur la matière; pour cela il apporte l’énergie nécessaire.

12.-  ??

13.- Le second Principe est Githôn, représentant le mouvement calorique.

14.- Le troisième, Hiddetsel, apporte les vibrations avec le magnétisme et l’électricité.

15.- Adam fut confiné dans cet espace temporel et sensible pour surveiller et contrôler.

16.- Adam vivra des produits de cet espace.

17.- Mais Adam n’aura pas accès à la connaissance directe de la dualité originelle; (l’xpérience perdrait toute sa valeur) et, je te ferai revenir à moi, unité originelle.

18.- Adam ne peut rester seul, dans un univers dual, ce serait mauvais pour son équilibre.

19.- Après avoir créé le principe de toutes espèces, il demanda à Adam de leur donner un nom, pour les faire exister, vivre.

20.- Adam donna un nom à toutes les espèces mais ne put lui-même créer son double.

21.- Alors Ihôah hypnotisa Adam et le dédoubla d’une créature conforme à lui et belle.

22.-Puis Ihôah présenta Aïshah à Adam, intégrité complète retrouvée.

23.- Adam reconnu et donna vie en nommant Aïshah, la femme à son image, tous deux prototypes.

24 & 25 Rajout tardif incohérent et pas dans le style.

 

Genesis III

1.- La curiosité est une passion générale de la vie; elle lui est écessaire pour se développer. Aussi le double d’Adam, Aïshah, en était imprégnée et Aelohim dû rappeler la suffisance de la nature.

2.- Aïshah demanda jusqu’où pouvait azller sa curiosité ?

3.- Aelohim lui dit qu’elle ne pouvait pas remonter au-delà de son univers.

4.- Car cela m’obligerait à cesser cette exoérience.

5.- Car vous seriez égale à l’unité que je suis et l’expérience n’aurait plus de sens, si elle comprend le montage dual.

6.- La curiosité lui fit remonter à la source et elle y entraina Adam.

7.- Leur compréhension de la finalité de l’expérience leur fit comprendre la construction binaire et ils furent fort dépités de cette compréhension et retournèrent dans leur domaine.

8.- Et ils entendirent la voix de Ihôah se portant dans tous les sens dans l’enceinte organique par son souffle puissant et Adam (homme universel) et sa femme intellectuelle se cachèrent de Ihôah au centre de la substance de la sphère organique.

9.- Ihôah dit : « Adam, où t’a porté ta volonté ? »

10.- Adam répondit : J’ai entendu ta voix dans l’enceinte organique et j’ai pensé me cacher dans l’obscurité.

11.- Aelohim dit : qui t’a appris cela, sinon la connaisance des opposés que je t’avais poutant prescrit de ne pas connaître.

12.- Adam dit : Aïshah que tu m’as donné comme compagne, c’est elle qui m’a conduit à la source de cette connaissance.

13.- Ihôah demanda à Aïshah : pourquoi as-tu fait cela ? Elle répondit : la curiosité m’a poussé et je n’ai pu résister.

14.- Maudite sois-tu de toute la création.  Ton esprit tortueux t’a fait agir bassement et tu seras limitée à respirer tous les jours de ton existence les exhalaisons de l’univers physique.

  1. Et je mets une méfiance profonde entre toi et Adam et dans toute votre décendance.
  2. Et il Ajouta à Aïshah : je miltiplierai les obstacles physiques de toutes sortes à ta volonté et à tes conceptions. Tu récolteras les produits de ton travail dans l’angoisse et le penchant intellectuel dominera en toi.
  3. Et à Adam, il dit : puisque tu as écouté la voix de ton épouse intellectuelle et que tu as obtenu la connaissance que je t’avais indiquée comme maudite, tu travailleras dans l’angoisse pour t’alimenter, toi et les tiens, tous les jours.
  4. La nature te fournira de la mauvaise nourriture qui poussera en abondance.
  5. Et tu vivras ainsi jusqu’à ton retour dans l’unité où tu rejoindras le monde des idées d’où tu proviens.
  6. Et il assigna Adam à Hewah, mère de toute existance.
  7. Et il protégea Adam et son épouse intellectuelle en les enveloppant avec soin.
  8. Ihôah dit : Adam ayant acquis la connaissance de l’expérience, devient semblable à nous et doit nous rejoindre pour l’éternité.
  9. Ihôah se détacha de la matière pour pouvoir mieux la travailler en prenant du recul.
  10. Et il fit de même pour Adam en tant qu’homme symbolique universel. Et il le fit remplacer dans la matière par la multiplicité existante pour conserver la vie.

 

 

GENESIS  IV

1.- Adam et Hêva conçurent Kaîn, Principe d’autorité puissante, aglomérente (un roi)

2.- Ils conçurent de même Habel, Principe surveillant di monde corporel, conducteur, guide du troupeau humain.

3.- Kaîn informa Ihôah de l’état de la matière. Premier retour d’information vers l’Unité (UN)

4.- Habel aussi informa Ihôah de la qualité de l’expérience.

5.- 6.- Kaîn fut marri de son rôle secondaire, but sans qualité et le dit à Ihôah qui lui répondit pourquoi es-tu insatisfait de toi ?

7.-Tu as une tâche satisfaisante et ce serait une faute de refuser ta part du travail à deux.

8.- Kaîn fait part à Habel de son insatisfaction de son rôle subalterne et lui dit que lui seul sufisait. Alors ilprit la place d’Habel et le supprima.

9.- Ihôah dit alors à Kaîn : où est Habel et Kaîn répondit : je ne suis pas son gardien.

10.- Ihôah ajouta : qu’as-tu fait ? Je n’ai plus le retour des informations d’Habel.

11.- Alors, maudit sois-tu ! Par ton action je n’aurai plus de renseignements venant de ton frère.

12.- Maintenant tu travailleras dans le doute et incertain dans ta solitude.

  1. Kaîn dit à Ihôah : comment réparer cette faute (erreur) ?
  2. Ainsi : tu m’as chassé de ma présence dans l’univers, donc tu ne me verras plus alors que moi je serai mentalement observcateur seulement. J’en suis mécontent.
  3. Ihôah décida : Kaîn reste sans crainte à ta fonction. Je ne te détruirai pas.
  4. Et Kaîn se retrouva seul, isolé dans l’expérience matérielle, sans le soutien de Ihôah.
  5. Kaîn, par sa volonté, créa Henoch, son produit fort et fondateur d’un lieu protégé.3
  6. Par sa volonté forte (Henoch) il put se construire une structure mentale complexe : une excitation passionnée (uhirad) prenant vie ( mehoujâel) compensée, toujours sur le mode binaire, par l’idée de la mort ( methoushâel)
  7. Et le lien entre elles, l’esprit (lave’ch) composé du conscient (whadah) et de l’inconscient (t’zilbah)
  8. La partie consciente de son mental (wadah) développa l’instinct de propriété et sa possession.
  9. Puis le goùut des sciences et de toutes les bonnes choses.
  10. L’inconscient (t’zillah) développa l’instinct grégaire.
  11. L’esprit dit au conscient et à l’inconscient qu’ils devaient se soumettre à sa volonté afin de forper un ensemble cohérent efficace pour son devenir.
  12. Et les épreuves ne feront que renforcer son mental.
  13. Revenant à l’homme universel théorique (Adam) Ihôah lui fitconcevoir par son épouse intellectuelle, une nouvelle lignée assignée du nom de Seth (la base) afin de créer une autre ligne que celle d’Habel détruite par Kaîn.
  14. Et Seth produisit Aenoch (homme corporel) comme autre espoir pour l’expérience de Ihôah.

 

 

 

GENESIS V

 

1.- Ceci est le livre des descendants de la lignée Adam, créé par Aelohim. Et, en fait, il s’agit de la construction du mental de l’homme.

2.- Construction binaire : Mâle et femelle, sous le générique d’Adam.

 

Remarque

Les nombres décrits dans ce chapître sont aussi à comprendre dans le seur sens hiéroglyphique, inclus dans  les noms des personnages.

Sens des nombres hiéroglyphiques:

1  Sommet atteint par l’effort – stabilité.

2  Mutation, transition, avec les opposés.

3  Synthèse du 1 et du 2 : protection, bonheur.

4  Force, solidité, grandeur, multiplication.

5  Comme la main : prendre et serrezr

6  Est à 3 ce que 2 est à 1

7  Evolution des choses dans le temps

8  Sens de loupe grossissant

9  proche du 3 – Idée de conservation, de salut.

10  Diriger, gouverner

20  dual de 10

100  Grand

1000  Très élevé, très fort, très puissant  (aleph)

 

3.- Adam, après de nombreuses mutations d’états de conscience, généra un double qu’il nomme Sheth

4.- Les nombeuses évolutions d’états de conscience de Sheth le firent de très nombreuse qualités.

5.- ???

6.- Sheth par acquis de nombreux états de concentration et une grande évolution dans le temps, put émettre l’homme corporel (Aenôch)

7.- Encore une évolution de Sheth, après l’homme corporel, qui généra une foule d’êtres.

8.- Encore franchis des états de conscience et de mutations, et Sheth retourna dans l’Unité.

9.- Selon le même procédé l’homme corporel (Aenoch) produisit l’enrichissement ngénéral (Kaînam) des petites, restreintes, mais très nombreuse entités.

10

….Description des entités..

32

 

 

 

GENESIS VI

1 Après la construction d’un solide mental par concentration en lui-même

2 Il pouvait être multplié. Et l’UN put émettre de nombreux sous ensembles qui prirent formes dans le matière.

3 Puis l’UN (l’ensemble de ses sous ensembles) découvrit le côté négatif de l’esprit qui se traduit dans la matière par la méchanceté.

4 mais cela est inéluctable dans une construction binaire : il ne peut y avoir du bon, du bien, sans mauvais et mal.

5 Alors il laisse faire et se reconcentre sur lui-même.

6 Tant il est surpris par ce qu’il découvre dans ses potentialités exposées par ses sous ensembles.

7 Alors il décide de faire un grand nettoyage en gardant l’image de chacune des créations et en « noyant » tout le reste.

8 Cette concervation fut assurée par la nature et sa force (Noah = Noé)

 

 

GENESIS VII

Ihôah dit à Noah : garde tout en mémoire à l’intérieur de toi comme dans un refuge. Toute la création; puis j’effacerai tout le reste de la création.

Puis, ayant par Noah conservé le Principe et l’image de toute la création, il supprima tout ce qui avait été réalisé, ainsi que l’humanité.

Et il ne resta que les modèles de chaque création.

 

Génésis VIII

La création nettoyée l’UN reconstitua l’esprit de la nature qui était en Noah et les replaça dans la matière. Ils avaient retrouvé leur pureté et un esprit sain

 

GENESIS IX

De la stabilité du mental humain pour le faire se détacher de son animalité.

 

GENESIS X

Description de tous les Principes, des potentialités mentales incluses dans l’Unité et exposés par ses sous ensembles.

Tout ceci constitué par paires des opposés.

Chacun de ces principes a un nom qui les décrit selon le procédé classique égyptien.

Nous faisons de même mais il s’agit là des premières descriptions d’une science que nous nommons psychologie, qui consiste d’une description des potentialités de l’esprit humain, lui-même issu des potentialité de  l’ensemble de ses sous ensembles

Y compris :

24 – la description et les noms de l’inconscient qui est le lien restant entre l’UN et ses sous ensembles.

Cet inconscient sera généralisé par C.G. Jung par l’inconscient collectif.

FIN du Livre.

Déjà à l’époque des tyrans intelligents avaient apris à manipulmer les foules et aussi à transformer une description exeptionnelle de nos origines en un conte pour enfants avec tout ce que cela comporte de contadictions et d’insuffisances destinées, dans la meilleure des hypothèses, à permettre une évolution de l’ensemble humain et d’ainsi permettre l’exposition complète de la somme des connaissance comprise dans l’univers réel, celui des idées, dont nous sommes les vecteurs et porteurs conscients ou pas. Mais cela fait partie d’une autre description que j’expose dans une autre part.

Voir la description de cet essai dans « spectacle »,  vu depuis l’Unité.